Actualités

Accueil > Actualités > 6e Arrondissement
yoko-ono-lumiere-de-l-aube-du-9-mars-au-10-juillet-au-mac

Yoko Ono : Lumière de l'aube - Du 9 mars au 10 juillet, au MAC

Entreprises

10-03-2016 Angélique Nebout

Toute première rétrospective française consacrée à l’œuvre de Yoko Ono... Du 9 mars au 10 juillet 2016, sur 3000 m2 et 3 étages, ses œuvres, de 1952 à 2016, à pratiquer, à voir, à entendre.

Le Musée d’art contemporain de Lyon est très heureux de vous annoncer la toute première rétrospective française consacrée à l’œuvre de Yoko Ono. Il est rare qu’une artiste présente dès ses débuts une œuvre accomplie. C’est le cas de Yoko Ono qui, dès l’origine, expose de nouvelles idées et concepts, et conçoit de nouvelles manières d’écouter et de produire du son. Elle parfait son éducation entre la philosophie et la vie en temps de guerre, privations et déplacements. Elle est née à Tokyo en 1933 et se rend aux États-Unis à l’âge de 3-4 ans, mais doit regagner le Japon avec sa famille quand la guerre éclate. Pendant le bombardement de Tokyo, elle et son frère sont contraints de fuir à la campagne pour échapper à la destruction de la ville. C’est là qu’elle découvre le ciel et le pouvoir de l’imaginaire : elle crée pour son frère affamé des « menus pour le ciel ». Le ciel devient à ses yeux une oasis de paix, lui permettant d’échapper aux difficultés qui l’entourent. En 1952, elle écrit une oeuvre intitulée The Soundless Music, et une autre dont elle crée les images, qui porte le titre de An Invisible Flower.
 
Les deux sont avant tout des "concepts".
En 1953, Yoko Ono retourne à New York afin de poursuivre ses études et c’est là qu’elle écrit A Grapefruit in the World of Park, qui sera le canevas de quelques-unes de ses toutes premières performances. Au cours de l’hiver 1960/1961, Yoko Ono soutient l’idée qu’une représentation visuelle d’un concept ou d’une idée n’est pas nécessaire, et elle présente des instructions pour peintures, qui consistent en de simples mots écrits sur des feuilles exposées. L’étape finale de ce processus sera la publication en 1964 de Grapefruit.
Yoko Ono crée des œuvres pour différentes formes : son, film, participation, instruction, architecture, installation, environnement... Toutes ces formes sont présentées dans la
rétrospective du macLYON qui couvre la période 1952 / 2016, soit 64 ans de création.
 
Dès la fin des années 50, Yoko Ono écrit ses premières Instruction Pieces.
C’est en 1961 que Yoko Ono expose chez George Maciunas, initiateur de Fluxus, qui lui offre sa première exposition personnelle à la galerie qu’il vient d’ouvrir. Il n’y aura que cinq personnes au vernissage... parmi lesquelles John Cage. Pour l’exposition, Yoko Ono donne à ses instructions la forme de peintures : Peinture pour le vent, Peinture ombre, Peinture à piétiner...

L’instruction est en quelque sorte une partition écrite. Grâce à elle l’œuvre peut emprunter de multiples formes : il y a le texte d’une part, écrit par l’artiste, et sa réalisation d’autre part qui peut être exécutée par chacun d’entre nous, avec de nombreuses interprétations différentes. Pour Yoko Ono, "l’instruction introduit le temps dans l’œuvre et rompt avec l’emphase de l’original." L’œuvre ne requiert pas l’espace du musée ou de la galerie pour exister, elle peut se faire n’importe où.
 
Dès cette date, et avec quelques autres artistes, musiciens, cinéastes, chorégraphes..., Yoko Ono contribue à redéfinir et élargir considérablement l’art de notre temps. Elle est
musicienne, plasticienne, à l’origine de la performance, vidéaste, et activiste pour la Paix.
 
Son œuvre est relativement peu exposée en France, malgré sa réputation internationale. C’est pourquoi la phrase de son célèbre mari, John Lennon, reste encore vraie aujourd’hui :
"Yoko Ono est l'artiste incconue la plus célèbre au monde. Tout le monde la connaît mais personne ne sait ce qu'elle fait."


Du 09/03/16 au 10/07/16 - Fermé les lundi, mardi, 1er janvier, 1er mai et 25 décembre. 

Musée d'Art Contemporain

81 Quai Charles de Gaulle Cité internationale 
69006 Lyon

Plein tarif : 9 € 
Tarif réduit : 6 € 
Gratuit : - 15 ans, détenteurs de la carte M’RA, étudiants en formation diplômante de la Région Rhône-Alpes, élèves des écoles d’arts, étudiants en histoire de l’art et arts plastiques suivant des cursus diplômants, bénéficiaires du RSA, carte MAPRA et maison des artistes, carte ICOM, LYON CITY CARD, personnes en situation de handicap.